Actualités de la sociologie militaire

Sébastien Jakubowski nous signale la sortie de l’ouvrage de Caroline  Marchal  : Le politique et les hommages rendus aux soldats français morts en Afghanistan.

La quatrième de couverture se trouve ici : L’hommage politique aux soldats français morts en Afghanistan – Caroline Marchal

Nous essaierons de vous en proposer une lecture dans les semaines à venir.

J’en profite pour vous signaler la parution d’une offre d’emploi pouvant intéresser les jeunes diplômés en master 2 désirant s’orienter dans la sociologie militaire (dans l’armée de l’air).

Joyeuses Fêtes.

Les femmes militaires, en chemin vers la normalité ?

Comme s’en est fait écho ce site, le Centre de recherche des Ecoles de Coëtquidan, organisait le 12-13 novembre 2013 un colloque consacré aux femmes militaires dans l’enceinte prestigieuse du Musée des Armées.

 Le préambule du programme annonçait qu’il s’agissait entre autres de réaliser un point sur la situation des femmes militaires aujourd’hui, alors que la féminisation semble avoir franchi une étape. De l’exclusion à l’égalité formelle (ouverture des carrières, spécialités, progression professionnelle), on en serait déjà à l’heure du bilan. La « question féminine » n’en serait plus tout à fait une, convergeant dès lors avec les conclusions du 7ème rapport du Haut comité d’évaluation de la condition militaire.

 Et effectivement, même si être une femme militaire représente encore pour certains une « contradiction de statuts »[1], les temps des pionnières semblent déjà révolus. C’est ce qu’ont tendu à confirmer tant les interventions universitaires, que les témoignages de femmes militaires invitées et judicieusement insérés dans le programme parmi les communications scientifiques. Plus nombreuses, plus présentes à tous les échelons et dans tous les secteurs, les femmes tendent à ne plus être perçues, ou de moins en moins souvent, comme exceptionnelles du simple fait de leur genre.

 Du panorama historique, en passant par les comparaisons interarmées et internationales, le colloque a tenté de fournir aussi un tableau plus nuancé que la seule affirmation des chiffres des taux de féminisation des forces armées. Ces nuances, de manière synthétique, concernent trois acceptions que l’on peut donner la normalité évoquée en titre.

 Tout d’abord, être une femme militaire, tant dans sa carrière (progression, métier) que dans son expérience vécue professionnelle, n’est pas une réalité unique. Plus concrètement, et au-delà du truisme, ce colloque a souligné que « l’être militaire » au féminin est multiple selon la composante considérée (Terre, Air, Marine, Gendarmerie) ou la nationalité. Sans sombrer dans un déterminisme fonctionnaliste ou le culturalisme, les emplois, les missions, les outils technologiques créent des environnements et des identités professionnels qui  rendent sensiblement différentes les réalités vécues par les femmes qui ont fait le choix de s’engager. S’il est possible de dégager des régularités, comme on va le voir, il n’existe pas non plus un « être militaire » féminin, une norme interarmées ou internationale. En ce sens, il n’y a pas de « normalité » des femmes militaires.

 Toutefois, les témoignages comme les analyses ont aussi tendu à prouver qu’être militaire quand on est une femme conduisait à une recomposition plus ou moins forte de l’identité féminine. Avec des acclimatations selon le degré de virilisation de l’identité militaire rencontrée, les femmes militaires semblent avoir en commun l’adoption de comportements « appropriés », de stratégies, devant faciliter leur intégration. Il fut ainsi possible de déceler des normes et des comportements partagés par les femmes militaires.

 Enfin, la normalité de la féminisation pourrait être à rechercher dans leur visibilité. Un intervenant souligna qu’il lui semblait que les femmes militaires étaient peu visibles dans les vecteurs de communication de la Défense. Par ailleurs, la « couverture » médiatique serait moins forte, le sensationnalisme ayant laissé place à un quotidien de la femme militaire. La « normalité » serait alors à chercher dans une forme d’anonymisation.

 En conclusion, on ne peut que féliciter les Ecoles de Coëtquidan de leur initiative et pour la liberté de ton et de parole qu’elles ont laissé aux participants. Si l’objectif a été atteint, le panorama réalisé, on peut espérer que d’autres évènements de cette nature suivront, et permettront d’aborder et d’approfondir certaines questions. En effet, s’il n’y a peut-être plus de « question féminine » dans les armées françaises, il reste des questions à résoudre comme l’intervention lors de ce colloque de Madame Françoise Gaudin, Haut fonctionnaire à l’égalité des droits pour le ministère de la Défense, l’a souligné.

 C.P.



[1] Emmanuelle Prevot, « Féminisation de l’armée de terre et virilité du métier des armes », Cahiers du Genre, 2010/1 (n° 48), p.81-101.

L’IUS, one step beyond….

 

Chicago, quelques jours avant Halloween et le Hilton Palmer House… trois éléments qui feront immédiatement sens pour ceux qui s’intéressent à la sociologie militaire. La célèbre conférence de l’Inter-University Seminar on Armed Forces and Society (aussi éditeur de la non moins fameuse revue Armed Forces and Society) s’est en effet achevée dimanche matin 27 octobre sur les bords du Lac Michigan.

Malgré les craintes des effets du shutdown des Etats-Unis sur la participation, une nouvelle fois, la vénérable institution fut pendant quelques jours the place to be pour la sociologie militaire et plus généralement pour les sciences sociales appliquées aux affaires militaires. Plusieurs centaines de participants, des représentants de tous les continents, de très (trop ?) nombreux panels en parallèle… de quoi nourrir le plus boulimique des penseurs de la chose militaire.

Des genres de guerre au genre dans la guerre

Au-delà de la traditionnelle dimension pantagruélique de l’évènement – au total plus de 150 communications et environ 50 panels en parallèle, et plusieurs dizaine de nationalité représentées), que peut-on retenir de cette édition ? Il est évidemment difficile d’être exhaustif, l’auteur de ces lignes n’ayant pu par définition assisté à l’ensemble des communications.

Sans sombrer dans un trop fort impressionnisme voire à pointillisme, il semble qu’il soit possible de noter que l’influence (brûlante) de l’actualité guerrière de cette dernière décennie semble s’estomper.

Bien que certains panels fussent encore consacrés explicitement au terrorisme, à la contre insurrection ou au combat asymétrique, les thèmes classiques de la sociologie militaire ont repris le pas : identité militaire, relation civilo-militaire (conscription, relations politico-militaires, coopération civilo-militaire), profession et professionalisme, multinationalité, familles militaires, aires culturelles, etc. Si les conflits afghans et irakiens n’ont pas disparu des discours, il s’agit semble-t-il aujourd’hui plus d’en mesurer les conséquences dans les différentes problématiques générales du champ, que de les considérer comme des objets en soi.

Il s’agissait par exemple de la très stimulante communication d’Anthony King de l’université d’Exeter sur le combat urbain, selon une approche micro-sociologique. S’appuyant son prochain ouvrage, le sociologue anglais, à partir de l’observation et de l’analyse de la formation des forces spéciales,  présenta des pistes intéressantes sur l’avenir de la cohésion dans les unités militaires. Discutables et discutés, ses propos s’appuient sur l’hypothèse d’une rupture d’une importance comparable à celle identifiée par Morris Janowitz en son temps.

Parmi les thèmes mainstream de cette conférence, il convient de souligner le succès des panels consacrés au Gender Studies. Au nombre de trois, ils ont accueilli un public très nombreux. Autour de la figure tutélaire de Mady W. Segal, les différentes interventions ont souligné combien la question de la « féminisation des armées» – pour employer une terminologie plus répandue – était loin d’être close. Des politiques d’intégration dans les spécialités combattantes à l’effet de la présence des femmes en opérations, les diverses communications ont bien démontré combien le sujet restait pertinent.

Il est à souligner également le tenue de panels consacrés à des thèmes émergents comme la cyberdefense ou la « robotisation » de la guerre (même si on peut discuter de la pertinence de l’emploi du terme « robot ».

Ces quelques lignes, il faut à nouveau le souligner, n’ont pas vocation à rendre totalement compte de la conférence, mais à expliciter une vision forcément subjective de cette évènement.

Ambiance et vie administrative

Une demi-douzaine de chercheurs français était présente lors de cet évènement. Tous communicants, on pouvait compter parmi eux des membres du Centre de recherche de l’armée de l’air (CReA), du Centre de recherche des Ecoles de Coëtquidan (CREC) ainsi que de l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire (IRSEM). A l’échelle européenne, de très nombres centres ou laboratoires spécialisés dans la sociologie militaire et les questions de défense étaient également représentés.

Toujours très stimulante, cette conférence a permis de nombreux échanges qu’il n’est pas toujours possible d’avoir au regard du nombre parfois réduit du nombre de chercheurs spécialisés dans ce domaine.

Enfin la conférence de l’IUS a été l’occasion d’annoncer officiellement le changement de présidence. James Burk, sociologue, professeur à l’Université du Texas, spécialisé dans l’étude des relations civilo-militaire (et auteur de l’unique biographie de Morris Janowitz) a succédé à John Allen Williams, professeur de Science Politique à la Loyola University Chicago (spécialiste des politiques de défense et de sécurité américaine).

CP

Colloque ” Les femmes militaires ” – 12 et 13 novembre 2013 à Paris

Claude Weber nous informe que le pôle « Action globale et forces terrestres » du centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan organise un colloque consacré aux Femmes Militaires les 12 et 13 novembre 2013 à l’Hôtel des Invalides, Musée de l’Armée, Amphithéâtre Austerlitz à Paris.

Ce colloque a pour but de replacer les réalités et les enjeux inhérents à la présence des femmes en uniforme au centre des débats et analyses et d’établir un état des lieux des récentes évolutions.

Ces deux journées seront conclues par une intervention de Mme Françoise Gaudin, Haut-fonctionnaire à l’égalité des droits au sein du ministère de la Défense.

PHOTO1

Le programme c’est ici, le lien institutionnel, .

La place des femmes militaires au sein des armées : un état des lieux

Claude Weber nous demande de relayer cet appel à communication d’une journée d’études. Cette journée d’études consacrée à la féminisation des forces et traitera plus spécifiquement du recrutement, de l’exercice du métier et des carrières. Dead-line : 15 juillet.

Le Centre de Recherches des Ecoles de Coëtquidan, par l’intermédiaire du pôle d’excellence « Action globale et Forces Terrestres » organise une journée d’études consacrée aux personnels militaires féminins. Intitulée « La place des femmes militaires au sein des armées : un état des lieux », la journée ambitionne en effet de replacer les réalités et enjeux inhérents à la présence des femmes en uniforme au centre des débats et analyses.

Conséquence directe de la professionnalisation des armées françaises en 1996 – au même titre que l’augmentation sensible de la population des civils de la défense ou encore de celle des minorités dites visibles – la féminisation a fait l’objet de multiples travaux et recherches dès l’annonce de la réforme. Parmi les nombreux écrits, colloques et autres conférences sur le thème, citons parmi les seuls Rapports publiés par le Centre d’Etudes en Sciences Sociales de la Défense (aujourd’hui intégré au sein de l’IRSEM, l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire) : Bouchard Marie-Emilie, La féminisation des écoles d’officiers : Ecole de l’air, Ecole spéciale militaire, Ecole navale – Rapport n°2, novembre 1996, 39 p. ; Dufoulon Serge, Saglio Jean, Trompette Pascale, La différence perdue : la féminisation de l’équipage du Montcalm, document n°16, février 1999, 182 p. ; Clément Sylvie, Femmes et forces armées, document n°25, octobre 1999, 41 p. ; Loriot Daniel, Friedmann Guy, Benkara Leïla, Métiers de la défense : le choix des femmes, document n°43, novembre 2001 ; Burot-Beson Isabelle, Chellig Nadia, Les enjeux de la féminisation du corps des médecins des armées, document n°41, novembre 2001 ; etc. On retiendra encore la thèse de Katia Sorin publiée en juin 2003, Femmes en armes, une place introuvable ? Le cas de la féminisation des armées françaises (L’Harmattan, Coll. Logiques sociales).

Les travaux produits ont permis d’appréhender le défi d’intégration des femmes, de comprendre leurs difficultés, les pratiques discriminatoires subies, les logiques et contraintes organisationnelles à l’origine de parcours et trajectoires professionnelles singulières, le fait pour les hommes de vouloir mécaniquement affecter les femmes dans des fonctions médicales, administratives et sociales avec un souhait souvent similaire de ces dernières d’intégrer des fonctions jugées moins contraignantes, sans oublier une suppression tardive des quotas (1997). Malgré la pertinence des analyses et enseignements produits, le début des années 2000 a vu se réduire considérablement le flux des études menées sur la féminisation, résultant, en partie, d’une sorte de saturation ressentie tant du côté des décideurs et commanditaires militaires que parmi les universitaires et scientifiques concernés.
Une décennie s’est écoulée et il nous semble donc important de remettre cette problématique au cœur des débats rejoignant, à cet égard, l’initiative récente du gouvernement avec le lancement d’un plan d’action visant à combattre ces inégalités et pris à bras le corps par le Ministère de la défense ou encore un numéro de la revue Inflexions de 2011 (« Hommes et femmes, frères d’armes ? L’épreuve de la mixité »).

Dans une perspective multidisciplinaire et donnant également la parole aux praticiens, la journée d’étude (trois demi-journées seront certainement programmées) cherchera ainsi à réactualiser les enjeux évoqués ci-dessus et surtout d’établir d’éventuelles évolutions. Le débat autour des femmes dans les armées est celui autour de la féminité et de la masculinité – deux faces indissociables d’une même pièce – tant il est vrai que l’intrusion d’outsiders comme les femmes dans un univers traditionnellement masculin génère des résistances et la mobilisation d’éléments culturels à des fins de différenciation. Les débats devront permettre de questionner ces résistances et leurs manifestations et d’aborder les dimensions centrales que sont l’identité militaire, l’identité professionnelle tout autant que les représentations qui jouent un rôle majeur dans ce domaine. Enfin, si la manifestation est consacrée aux femmes militaires, il s’agira de veiller à ne pas tomber dans le piège de la spécificité car les problématiques abordées se retrouvent dans beaucoup d’autres milieux professionnels.

Les propositions de communications pourront se formuler autour de quatre thèmes :

– Un premier consacré au Recrutement des femmes militaires. Il devra permettre de faire le point sur les raisons qui poussent, aujourd’hui, les femmes à rejoindre les armées mais aussi les raisons qui peuvent expliquer pourquoi elles s’en détournent (motivations, attentes, fonctions privilégiées, catégories concernées, évolutions constatées, obstacles rencontrés, etc.). Ces premières interventions devront permettre d’établir une photographie de la situation de l’armée la plus féminisée en Europe – l’Armée française, d’opérer les distinctions nécessaires selon les armées ou encore les perspectives envisagées.

– Un deuxième s’attachera à L’exercice du métier des armes. Les interventions devront aborder concrètement les réalités quotidiennes des femmes en uniforme tant du point de vue de l’activité en temps de paix et au quartier qu’en opération et au combat, et ce, dans la mesure du possible, avec une diversité de fonction, d’origine d’arme, de spécialités et d’armées. Diverses dimensions peuvent être questionnées : les relations avec les collègues, les compétences singulières ou une autre manière de servir, la vie en collectivité, les évolutions mises en évidence, les trajectoires et stratégies comportementales mises en place par les femmes, les violences faites aux femmes (harcèlement, viol) ainsi que les réponses apportées par les pouvoirs publics et les autorités militaires.

– Une troisième thématique traitera des carrières des femmes militaires. Il s’agira de dresser des constats relatifs aux parcours et carrières que font les femmes au sein des armées et de les analyser. Si le manque de visibilité des femmes aux plus hauts échelons de la hiérarchie militaire s’est longtemps expliqué par une suppression tardive des quotas (1997) ou encore par le fait qu’en cas d’arbitrage entre vie privée et vie professionnelle, les femmes faisaient tendanciellement davantage le choix de fonder une famille plutôt que de poursuivre leur carrière, qu’en est-il aujourd’hui ? Quid également de l’épineuse question des couples militaires et de leur gestion ? Quels types de carrière font les femmes en uniforme ? Qu’est-ce qui relève du choix librement consenti et de la contrainte supposée, réelle ou intériorisée ? Qu’en est-il de l’égalité réelle ? Etc.

– Et, enfin, le quatrième et dernier thème aura le souci de sortir du seul cas français et de comprendre et d’apprendre des armées étrangères et essentiellement européennes sur la question de l’intégration et de l’exercice du métier des armes par les femmes.

Lieu de la manifestation scientifique : Paris
Date : novembre 2013

Modalités de proposition d’une communication :

Langue de la proposition : français.
Langue de la journée d’études : français.

La proposition de contribution devra être présentée comme suit :
• 1. Coordonnées exactes (nom, prénom, fonction, établissement, adresse électronique) de chaque auteur.
• 2. Titre + Résumé de la proposition de 2 500 signes environ.

La proposition en format WORD, ODT ou PDF sera adressée par voie électronique à :
claude.weber@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Date limite de soumission des propositions : le 15 juillet 2013

Chaque proposition fera l’objet d’une évaluation par deux membres du comité scientifique.
Les auteurs des propositions retenues seront informés par voie électronique au plus tard le 15 septembre 2013.

L’internat militaire

Alors que la journée d’études consacrée aux ficelles du métier de chercheur dans le contexte militaire approche, je vous présente  un moyen d’étudier le fait militaire à la lumière d’une approche de la sociologie de l’éducation.  Cette démarche s’inscrit à la fois dans une approche non spécifique de l’objet militaire1, et les aléas de mes lectures.

En l’occurrence, il s’agit de l’ouvrage de Philippe Glassman intitulé  «L’internat scolaire. Travail, cadre et construction de soi. » paru aux PUR dans la collection sens social au premier semestre 2012. Notre texte est moins une fiche de lecture qu’un essai invitant les sociologues militaires à sortir de leur bulle2 et les sociologues tout court à venir voir ce qui se passe chez nous.

Nous commencerons notre propos par l’analyse des internats militaires au regard des autres internats. Nous mettrons l’accent,  à partir de l’ouvrage précité, sur l’inscription des internats militaires dans le cadre interprétatif de l’auteur afin d’éclairer la notion de spécificité militaire. Nous conclurons sur le rapport qu’entretient le sociologue avec son terrain, son objet.

L’auteur étudie avec un corpus très fourni l’internat en France. Il écarte d’emblée les internats des CPGE pour se consacrer aux collèges et lycées. Ce choix est légitime en ce sens que l’auteur et ses disciples se consacrent au sens donné par les individus à son installation hors de sa famille et à l’idée d’une contrainte de scolarisation. [Glassman, 2012 : 19]. Cette mise au ban des CPGE ne nous arrange pas. Ce que nos recherches ont montré, c’est la difficulté en France à accéder au terrain “internat d’une CPGE” a fortiori militaire. D’une part il faut y avoir accès physiquement  (Glassman bénéficie d’un contrat de recherche lui ayant ouvert beaucoup de portes) et individuellement : le temps scolaire des CPGE n’est pas immédiatement accessible pour l’enquēte sociologique ; elle demande la confection d’un corpus divers;

Avant de présenter son corpus quantitatif et qualitatif l’auteur donne quelques précautions quant à ses intentions. Nous en retiendrons une qui nous a paru particulièrement saillante dans le domaine des internats militaires :

« L’objectif n’est pas de travailler ici sur le fonctionnement ou les dysfonctionnements des internats, ni sur leur « réussite « ou leurs « échecs » ; ce travail se situe dans le champ de la sociologie de l’éducation, non dans la sociologie des organisations »   [Glassman, 2012 : 24]

L’ambigüité du statut du chercheur doit être impérativement levée, a fortiori militaire, puisque les audits sont légions. Étrangères à la différence entre enquête sociologique et enquête d’audit, les forces doivent être rassurées par le chercheur.

Une inscription théorique ordonnée

« On se situe loin ici de la seule fonction d’accueil et d’hébergement, sans pour autant que ressurgisse l’idée d’un « dressage » qui a pu prévaloir en d’autres temps et que les travaux de Goffman ou de Foucault ont soulignée ; il n’est même pas certain que pour la majorité des établissements privés, on puisse encore parler, comme cela pouvait être le cas dans un collège jésuite des années 60 d’une « éducation totale »3 » [Glassman , 2012 : 40]

L’auteur préfèrera utiliser la notion de cadre (présent dans le titre de son ouvrage) [Glassman , 2012 : 125] qu’il estime moins forte que celle d’institution, et encore moinsh forte que celle d’institution totale acclimatée par Goffman. Cette notion présente plusieurs traits objectifs : un espace physique délimité (pas forcément fermé) ; un découpage du temps (rythmé et régulier) ; des permissions et des interdits ; des encadrants ; et enfin un système normatif explicite ou implicite. Et s’inscrit chez les individus  dans des représentations repérées par le sociologue : le cadre rythme, le cadre travail, le cadre protection et le cadre contrôle  [Glassman , 2012 : 129].

Cette inscription théorique semble une version épurée de celle de Goffman qui présente l’intérêt de fournir une grille de lecture et d’analyse au sociologue. Elle apparaît légitime au regard de l’évolution du personnel des internats et de son public. Pour faire simple, les cadres sont moins convertis aux logiques de l’institution et les internes « plus éduqués à l’auto contrôle qu’à une soumission passive à une force extérieure » [Glassman , 2012 : 172].

Voilà le modèle et il fonctionne !

Un petit village au nord de la Gaulle semble lui résister, le bougre : c’est celui des internats de la Défense nationale. Ici, contrairement au modèle que dresse Glassman « les éducateurs sont des militaires de carrière et veillent activement, avec les surveillants, à l’application des prescriptions réglementaires » [Glassman , 2012 : 172]. Là, le modèle des pensionnats 4, est une institution totale qui n’existe guère plus. Double coup au moral pour Marcel : arguments pour la « spécificité du militaire » ou formulation malheureuse de l’auteur ?

L’internat en CPGE militaire n’est pas un choix, juste un « prix à payer »

D’abord pour préparer un concours militaire dans un lycée militaire il faut faire un CPGE militaire : l’internat est obligatoire dans ce cas.5 Cela n’arrête pas l’enquête sociologique. En effet, quand un individu souligne qu’il n’avait pas le choix de l’internat militaire, il renseigne un choix rationnel, par exemple  en finalité : les avantages de cet internat (avoir un % de réussite au concours conséquent) dépassent les  désagréments. L’évidence  [Glassman , 2012 : 137] témoigne du primat accordé au résultat. Les élèves des CPGE sont plutôt des héritiers qui ont intégré, comme le souligne l’auteur, la connaissance et la reconnaissance des enjeux scolaires.

L’institution militaire, un modèle de socialisation anticipatrice

Choisir cet exemple n’a rien d’exceptionnel. Robert K. Merton l’a fait lorsqu’il forgea ce concept. Pourtant,sans s’inscrire dans les débats classiques de la sociologie militaire6 l’auteur jette un pavé dans la marre.

« On retrouve cette visée de socialisation anticipatrice à un milieu professionnel dans l’école militaire visitée au cours de cette enquête ; la quasi-totalité des garçons et filles y est interne, et ce, d’autant plus que l’école recrute sur tout le territoire français. (…) Ils sont doute prédisposés, par l’éducation reçue dans leur milieu et par leur ambition professionnelle, à accepter ou supporter un certain nombre de contraintes qui pourraient, autrement, apparaître comme surprenantes » [Glassman , 2012 : 148]

Dans quelle tribu s’est retrouvé cet ethnologue ? La surprise, que nous avons repris dans la citation ci-dessus, est-elle celle du chercheur profane ? De l’ethnologue qui exotise son terrain et n’en restitue, au mieux, qu’une partie visible, au pire, la projection de ses propres représentations ? Poursuivons ce paragraphe :

« Si la chambre n’est pas jugée impeccable, c’est toute la chambrée qui écope d’une punition collective. Les élèves sont en uniforme toute la journée, les éducateurs, des militaires, veillent à ce que ne s’introduisent aucun « débraillé » qui vienne rompre le bel ordonnancement de la tenue réglementaire et répriment sévèrement les élèves dont « le tee shirt sort du pantalon » » [Glassman , 2012 : 148]

« Punitions collectives », « répressions sévères », « bel ordonnancement », références ambiguës aux départs d’internes qui ne s’y sont pas faits selon leurs « camarades ». Ce tableau, à peine monté par mon  propos, fait peur.

L’étude d’un lycée militaire semblable7 met plutôt l’accent sur des cadres limitant les ardeurs des  jeunes qui se voient militaires avant que d’être ; un public composé en partie de pupilles de la Nation où les assistantes sociales ne chôment pas ; les punitions collectives sont prohibées dans les enceintes militaires; une vigilance envers le bizutage par la mise en place d’un cadre des traditions…

Ces deux positions questionnent l’éthos du chercheur et renvoient à un relativisme culturel, où :

« Une analyse des valeurs de la culture décrite qui s’opérerait  dans le langage de l’Etranger, c’est-à-dire par des références à des valeurs étrangères, serait en ce cas contre-sens symbolique généralisé, racisme pur si l’on préfère, puisqu’une telle description se ferait en même temps évaluation arbitraire de l’altérité en instaurant dans l’interprétation du sens un rapport inégal, dépourvu de tout répondant dans la réalité des rapports sociaux. » [Passeron, 1994 : 394]

La première position et la seconde renvoient donc à des postures déjà identifiées par le sociologue JC Passeron dans son « raisonnement sociologique » : la première, s’apparente, à mon sens,  à une forme de misérabilisme : en outre, elle se nourrit « d’un air navré [de] toutes les différences comme autant de manques » [Passeron, 1994 : 397] ;  la seconde, la mienne, s’apparente à une forme de populisme qui rend hommage à l’identité culturelle des dominés via la « méconnaissance chaleureuse des privations et des exclusions » de cette culture. [Passeron, 1994 : 397]

L’idée qu’une position éloignée de ces deux pôles est souhaitable pour le sociologue fleure bon l’évidence. On peut aussi estimer que cette posture est un objet sociologique puisque, dans un cas comme dans l’autre, le chercheur entretient un rapport axiologique non neutre. Ainsi,  objectiver le rapport que l’on entretient avec son terrain permet de mettre en perspective ses propres résultats.

Exemple ? Un chercheur militaire s’intéressant au fait militaire ne peut mettre de côté sa loyauté et son adhésion, voire son désenchantement envers l’Institution pour rédiger ses analyses ; elles sont à l’origine de son ethos  de chercheur ; elles sont aussi le produit d’une socialisation militaire s’incarnant dans une disposition apprise, objet sociologique par excellence.

 

 

Bibliographie

 

J-P. Faguer  (1991) « Les effets d’une “éducation totale”. Un collège jésuite, 1960. » Actes de la recherche en sciences sociales, n°86-87, p.25-43.

D. Glassman (2012), L’internat scolaire. Travail, cadre et construction de soi. Presses Universitaires de Rennes, collection Le sens social, premier semestre 2012, 260 pages

E. Goffman (1968), Asiles, Etude sur la condition sociale des malades mentaux, Éditions de Minuit, Paris, (1ère éd. 1961)

J.-C. Passeron (2006), Le raisonnement sociologique. L’espace non-popperien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991 670 pages

  1. pour aller vite, le fait militaire est étudié sans s’inscrire dans une histoire de la pensée de la sociologie militaire []
  2. Entendez champ scientifique de la sous discipline []
  3. Voir les travaux de Faguer JP []
  4. entendre internat long, c’est-à-dire rester le weekend []
  5. Un internat “long” comme précisé auparavant. []
  6. déjà montrés sur ce carnet ;  voir notamment l’opposition de l’auto sélection et socialisation []
  7. à paraître prochainement dans  la fameuse collection « thèse de doctorat » []

The French Way of War

Notre collègue Sebastien Jakuboswki a été interviewé dans le New York Times dans le cadre d’un  article paru hier sur “the french way of war”.

(…) The French have an all-volunteer military, which distances the population further from the cost of war and makes soldiers “less visible to the populace at large,” notes Sébastien Jakubowski, a sociologist at the University of Lille who studies the army. It has also made the army more popular, with an approval rating of between 80 and 90 percent, he says.

But in another change from the past, the French expect that a decision to use the military will be based on clear moral criteria, Mr. Jakubowski said. And the French take some pride in playing a leading role from a moral foundation, even if French national interests are also at play, pushing other allies to act.

Mr. Jakubowski cited an interview in Le Figaro on Jan. 3 with the American neoconservative historian Robert Kagan, whose study of American and European attitudes toward the use of force, comparing America to Mars and Europe to Venus, was much caricatured but highly influential.(…) 1

 

 

 

  1. Lire la suite de l’article sur le site du NYT, c’est ici : http://www.nytimes.com/2013/01/20/sunday-review/the-french-way-of-war.html?smid=fb-share&_r=1& []

Bourse de thèse : campagne de candidature

Le ministère de la défense attribue chaque année une douzaine de bourses de thèses, d’une durée de deux ou trois ans dans le domaine des sciences de l’homme et de la société, pour des travaux ayant trait aux questions de défense et de sécurité. L’IRSEM est partenaire de cette campagne pilotée par la Délégation générale pour l’armement (DGA) et encadre par la suite les doctorants pendant la durée de leur thèse.

Date limite de dépôt des dossiers de candidature : 15 avril 2013

 Détails de la campagne de candidature

 Soutien financier de l’IRSEM

Merci à Guillaume Pichard de nous avoir envoyé l’information.

Bonne année à tous.

 

Call for papers : ERGOMAS Conference in Madrid, Spain, June 4-7, 2013

Vous trouverez ci-dessous les appelsà communications de la prochaine conférence   ” ERGOMAS Conference in Madrid, Spain, June 4-7, 2013″.

Peacekeeping and peace operations have expanded enormously over the last decade regarding violence. Within the framework of traditional peacekeeping operations as they were understood by the UN in 1956, the use of force was likely to be minimal. However, during complex conflicts within the context of the post-Cold War period, the traditional notion of self-defence has been broadened and the use of force during peace operations has been increased. Or, in other words, there has been a shift from a primarily reactive approach based on crisis response, to a proactive one that seizes the initiative and applies pressure on armed actors responsible for violence against the civilian populace. The norm relating to the use of force in peace operations has evolved from self-defence to mission defence.Consequently, the use of force has, on several occasions, contradicted the ideal of non-violence embodied by traditional peacekeeping. On the one hand, use of force, or at least the possibility of using coercion to defend themselves, gives UN, NATO or EU peacekeepers the credibility necessary for them to be efficient. On the other hand, the transition in peace operations from peacekeeping to peace enforcement (under Chapter VII) and the adaptation of the concept of self-defence to a context that more and more frequently requires the use of force entails numerous practical, strategic, political, sociocultural as well as moral challenges and risks for all levels involved. This panel invites papers that problematize the shift in peace operations to a heightened use of force and wants to critically discuss the numerous challenges and (moral) risks involved. Put differently: Can sustainable conflict transformation be reached via violence and an involvement in war “disguised” as peacekeeping?

Please send your abstracts (max. 200 words) until 28 February 2013 to marentomforde@suedsinn.de and to Karl.Yden@gri.gu.se.

 

De retour de la guerre. Femmes, autochtone et minorités ethniques : regards croisés

Nous vous invitons à lire cet appel à contribution sur le site de Calenda. La suite du résumé proposé ci-dessous est ici.

Comment l’armée en tant qu’expérience sociale colore-t-elle les épreuves qui jalonnent le retour à la vie civile des militaires ? Du point de vue historique et contemporain, ce colloque s’intéressera en particulier aux groupes minoritaires au sein de l’armée, mais occupant, depuis quelques années, une place importante dans l’historiographie militaire. Les femmes, les autochtones ou les minorités ethniques font-ils face à des épreuves singulières ? L’expérience du retour à la vie civile des anciens combattants ou des vétérans demeure relativement méconnue si ce n’est au travers des représentations médiatiques de jeunes vétérans meurtris physiquement, en détresse psychique ou de héros de guerre commémorant le souvenir de leurs camarades. Pour le dire autrement, les figures de la victime ou du héros s’imposent et révèlent en creux les enjeux de la construction d’un récit national. Afin d’explorer ces enjeux, ce colloque s’organisera selon deux axes distincts…1.

 

  1. Lire l’intégralité de cette annonce sur le site de Calenda : http://calenda.org/233106 []

Faire des sciences sociales en terrain militaire : une opération spéciale ?

 

 

Nous avons le plaisir de relayer l’annonce de la journée d’étude  (Programme Journée d’étude 7 février 2013) consacrée et l’épistémologie et la méthodologie de notre sous discipline.

Journée d’étude – IRSEM
Jeudi 07 février 2013, Amphithéâtre Louis – École militaire

À propos
Comment les armées se laissent-elles saisir par les sciences sociales et quel(s) type(s) de résistances sont-elles susceptible d’opposer à la démarche scientifique ? Voici la double question que cette journée d’étude propose d’explorer, au coeur même de l’institution, à partir d’expériences d’enquête concrètes.

Il s’agira de nourrir une réflexion sur les problématiques posées à l’autonomie relative du chercheur par l’ordre institutionnel militaire et la culture de ses membres. La rencontre entre deux mondes professionnels aux temporalités, exigences et attentes différentes n’est pas sans effet sur la manière de pratiquer la recherche et sur les sciences qui en sont le produit.
De l’accès aux terrains d’enquête au respect de la confidentialité en passant par le devoir de réserve, quelles sont les conditions de la pratique de la recherche en milieu militaire ? Quelles opérations le chercheur effectue-t-il pour contourner ces obstacles et faire des sciences sociales au sein des armées alors que les logiques universitaires et militaires ne coïncident pas forcément ?
L’enjeu de cette journée d’étude portera sur la relation entre le chercheur, l’institution militaire et le monde universitaire.
Écrire à inscription.irsem@defense.gouv.fr en précisant vos titre, grade, fonction, organisme, nom et prénom